La lutte des femmes pour le droit à la terre et l’environnement

  • Peace Brigades International - PBI et la Maison de l’Amérique Latine vous invitent à une rencontre avec des femmes défenseures des droits humains du Guatemala, du Honduras, de Colombie et du Mexique. La défense du droit à la terre, du territoire et de l’environnement est devenue l’une des activités les plus risquées pour les défenseurs des droits humains, et ils sont souvent qualifiés de terroristes ou accusés d’anti-développement.

    Pour les femmes défenseures des droits humains, les risques sont plus spécifiques au genre, et elles sont plus souvent victimes de violence parce qu’elles remettent en question les normes et stéréotypes existant dans leurs communautés et dans leurs contextes sociaux.

    Nos invitées partageront leurs expériences de lutte et les stratégies qu’elles ont développées pour défendre les droits fondamentaux. Les exposés seront suivis d’un échange avec le public.

    En espagnol avec traduction simultanée en français.
    Entrée gratuite.

    En présence de :

    Sandra Calel (Guatemala) appartient au peuple Poqomam et est membre de l’Unión Verapacense Organizaciones Campesinas (UVOC). Elle préside également l’Association des voisins de Mocohan (Purulhá, département de Baja Verapaz).

    En tant que membre de l’UVOC, elle coordonne la Commission des femmes et dirige la mise en œuvre et la promotion de la politique et du plan de l’organisation en matière de genre. Par sa participation à cette Commission, elle co-dirige divers espaces de formation pour promouvoir la participation active des femmes dans les luttes de leurs communautés pour les droits fonciers.

    Thelma Iris Perez (Guatemala) est une Maya Ch`ortí indigène, membre du Réseau des guérisseurs féministes communautaires du Guatemala.

    Elle fait également partie d’autres organisations guatémaltèques qui œuvrent pour la défense de la terre et du territoire, des droits des peuples autochtones et des droits des femmes. En tant que membre actif du Réseau Sanadoras, Thelma accompagne plusieurs cas de femmes défenseures des droits humains du point de vue du féminisme communautaire, qui est basé sur la compréhension du corps des femmes comme premier territoire à défendre les droits humains, puisque le corps est aussi l’une des principales cibles des attaques dont les femmes défenseures des droits humains souffrent pour leur travail.

    Nora Ramírez (Honduras) du Centro Nacional de Trabajadores del Campo (CNTC) qui lutte pour une répartition équitable des terres pour la production agricole au Honduras.

    Membre du conseil d’administration régional du CNTC Yoro, elle est responsable des domaines du genre et des finances. Elle travaille dans la défense de la terre et du territoire, dans les droits des paysans et dans la formation et le soutien aux femmes. Ce travail actif de défense des droits de l’homme l’a conduit à subir différentes menaces et agressions au cours des dernières années.

    Franklin Mauricio Almendares Álvarez (Honduras) est le coordinateur général du Central Nacional de Trabajadores del Campo (CNTC)

    Son père Cosme Almendares a été le fondateur de cette organisation et depuis son plus jeune âge, il a été un connaisseur et militant dans la lutte paysanne et l’amour de la terre. Il a mené des activités d’accompagnement juridique, de formation organisationnelle de guilde et de conseil en matière de diversification des cultures et de plaidoyer pour l’accès et la propriété de la terre et de ses ressources. Depuis 2013, il est secrétaire général et responsable du développement institutionnel.

    Emilie de Wolf (Mexique) est membre du Consorcio Para el Diálogo Parlamentario y la Equidad Oaxaca, une organisation féministe qui promeut le respect et l’exercice des droits humains des femmes et l’égalité des sexes.

    Consorcio Oaxaca est l’une des organisations qui promeut l’Initiative méso-américaine des femmes défenseures des droits humains, qui regroupe aujourd’hui plus de 1 200 femmes défenseures des droits humains du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua, du Salvador et du Mexique. Elles promeuvent une protection féministe intégrale qui commence par l’autosoin et a joué un rôle clé dans le mouvement social du Oaxaca, depuis les manifestations sociales de 2006 jusqu’à la récente articulation dans la marée verte pour la décriminalisation de l’avortement au Oaxaca.

    Olga Araújo (Colombie) est éducatrice populaire et défenseure des droits humains et de l’environnement, membre du conseil d’administration de Nomadesc, organisation dédiée à l’accompagnement et au conseil socio-juridique des organisations et communautés de femmes, autochtones, d’afro-descendants et paysannes victimes de violations des droits humains

    Nomadesc soutient le travail des communautés de résistance pour rester sur leur territoire par des activités éducatives qui récupèrent la connaissance ancestrale des communautés.

  • pbibrussels@pbi-belgium.org

  • Documents annexes :