Avant-première du film "A peine j’ouvre les yeux" de Leyla Bouzid

  • Présentation du film "A Peine j’ouvre les yeux", Bayard d’Or de la meilleure première œuvre de fiction – FIFF 2016.

    3 avant-premières : le 21 avril au Cinéma Sauvenière de Liège, le 25 avril au Cinéma Vendôme à Bruxelles, le 27 avril au cinéma Caméo de Namur. En présence de l’actrice Ghalia Benali.

    La jeune réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid a situé l’action de son premier film quelques mois à peine avant la révolution de Jasmin, avec la volonté de faire ressentir ce qu’était la vie des Tunisiens – et particulièrement celle de la jeunesse – sous l’ère Ben Ali. Un bourgeon rock et déluré dans le Printemps arabe.

    Tunis, été 2010. Farah est une jeune fille brillante qui vient de réussir son bac avec succès et que sa famille imagine déjà médecin. Mais Farah est aussi une fille à l’énergie débordante – et au caractère bien trempé – qui veut profiter de la vie et de sa jeunesse. Elle sort dans les bars, s’enivre, découvre l’amour dans les bras d’un des musiciens du groupe de rock dans lequel elle chante des textes engagés. Ses chansons parlent des problèmes de son pays, de sa frustration et de ses rêves qui sont aussi ceux de ses compatriotes. Libre et impulsive, Farah s’oppose à la volonté de sa mère Hayet, qui connaît les interdits de son pays et tente de la protéger en l’éloignant de son groupe. Car dans la Tunisie de Ben Ali, Farah est considérée comme une rebelle et les membres de son groupe sont surveillés par la police. Mais le désir de liberté est trop fort pour être contenu. Les rouages de la machine répressive vont alors se refermer peu à peu sur la jeune fille, symbole d’une jeunesse fière et vivante qui veut rester debout mais risque d’en payer le prix…

    Si en tant qu’association vous souhaitez participer aux AP, merci de me contacter : annekennes09@gmail.com

  • annekennes09@gmail.com